Recherche par année
France / Monde

Le désastre de Pavie

  • La bataille de Pavie (24 février 1525) marque la défaite des rois de France dans leur tentative de domination du nord de l'Italie.
    Suite à l'échec des troupes impériales de Charles Quint en Provence en 1523, le roi de France, François Ier, veut pousser l'avantage pour tenter de reprendre Milan perdu en 1521, et ce contre l'avis de ses vieux conseillers, dont La Trémoille et le maréchal de La Palisse.
    Fin octobre 1524, Milan tombe aux mains des Français qui décident alors de poursuivre sur Pavie, l'ancienne capitale de Lombardie, qui est assiégée à partir du 27 octobre 1524. Fin janvier 1525, des renforts impériaux commandés par un noble de Bruxelles, Charles de Lannoy, premier conseiller de Charles Quint, Charles Quint se présentent devant Pavie et chaque camp se retranche pendant près de trois semaines.
    Dans la nuit du 23 au 24 février, les impériaux ouvrent une brèche dans l'enceinte française et surprennent les assiégeants. Ils sont dirigés par l'ancien connétable Charles de Bourbon qui s'était illustré aux côtés de François Ier lors de la bataille de Marignan en 1515, et que sa disgrâce, arrangée par Guillaume Gouffier de Bonnivet, a fait changer de camp. Or devant le danger, le même Bonnivet s'indigne de l'idée d'une retraite, proposée par les généraux les plus expérimentés, et, voulant épargner au roi la honte d'une fuite, il fait dans le conseil une harangue que Brantôme nous a conservée et emporte la décision du roi. Voyant ensuite les déplorables effets du conseil qu'il a donné, et l'inutilité de ses efforts pour arracher son maître aux périls qui l'environnent, il court se précipiter au milieu des bataillons ennemis. La déroute est totale. Les Français perdent environ 10 000 hommes. Une grande partie des cadres de l'armée, dont Bonnivet et La Palice, sont tués dans la bataille. Clément Marot y est blessé au bras.
    François Ier est fait prisonnier par un chevalier italien, César Hercolani, de la ville de Forlì, qui sera surnommé le vainqueur de Pavie. Le prisonnier royal est embarqué à Villefranche près de Nice pour l'Espagne, où il sera détenu par Charles Quint pendant un an en attendant le versement d'une rançon par la France et la signature d'un traité l'engageant à abandonner la revendication de l'Artois, de la Bourgogne et de la Flandre et à renoncer à ses prétentions sur la péninsule italienne. Libéré, il laisse son épée à Charles Quint et ses deux fils en Espagne. Agrandir l'image


    (Relations internationales - Règne de François 1er - Dynastie capétienne - - - )

  • Haut de page 

    [Proposer une date, une modification - Signaler une erreur, un abus]

    Date de dernière modification de cette page 

    09/11/2017 11:53